Retour à la page d'accueilPlan du site


  

      Protestation contre un symposium négationniste

Protestation contre un symposium négationniste   14/12/2006

Protestation contre un simulacre de symposium négationniste à l'ULB


Mr. Philippe Vincke
Recteur de l'Université Libre de Bruxelles
ULB CP130
Avenue F.D. Roosevelt 50
1050 BRUXELLES


Monsieur le Recteur,
 
Nos quatre organisations issues de l’émigration politique en provenance de Turquie, sont fort choquées d'apprendre qu'à l’Université Libre de Bruxelles aura lieu le 15 décembre un symposium sur le thème "L’Union Européenne en quête d’identité multiculturelle : l’expérience ottomane!".
 
Ce symposium est organisé par l'Union Européenne des Turcs Démocrates d'Europe (UETD) qui n'est qu'une organisation lancée en 2004 par l’AKP, parti islamiste au pouvoir, afin d’encadrer la communauté turque en Europe selon sa ligne politique. 
 
Avec le soutien accru du gouvernement turc, elle joue actuellement  le rôle d’organisme principal de lobby turc. Ce rôle attribué à l'UETD a été confirmé par le Premier Ministre Erdogan lors d'une réunion tenue le 25 mai 2006 à Berlin.
 
D'ailleurs, cette organisation s'est distinguée lors de la crise de caricatures de Mahomet par la plainte qu'elle a portée en mars 2006 contre le journal allemand Die Welt.
 
Il n'est pas étonnant que parmi les orateurs affichés se trouvent le ministre turc d'Etat chargé des Affaires Religieuses, membre du parti islamiste au pouvoir ainsi qu'un historien français connu pour ses positions négationnistes calquées sur la position officielle turque vis-à-vis du génocide arménien.
 
Il faut rappeler que, à part une secrétaire d'Etat régionale, aucune personnalité politique ou académique belge n'a accepté l'invitation pour cette mascarade "politico scientifique".
 
Pourtant, à notre grand étonnement, l'Université Libre de Bruxelles, un des fiefs de la laïcité et de l'esprit critique qui a toujours défendu la cause juste des peuples opprimés, permet à une organisation parastatale de faire la propagande de la négation du génocide des Arméniens et Assyriens en présentant l'expérience ottomane comme une identité à imposer à l'Union Européenne en quête d'identité multiculturelle.
 
En tant qu'organisations défenderesses des droits de l'Homme et des peuples, nous vous demandons d'annuler l'autorisation pour ce simulacre de symposium au moins pour le respect de la mémoire des victimes du premier génocide du siècle commis pour l'Empire Ottoman et par solidarité avec les victimes de la répression du régime d’Ankara qui souffrent actuellement dans les prisons turques.
 
Dans l'attente d'une suite digne d’une université libre, nous vous prions d'agréer, Monsieur le Recteur, l'expression de nos sentiments très distingués.

Bruxelles, le 13 décembre 2006
 

Bogos Bogosian
L'Association des Arméniens Démocrates de Belgique
aadb.asbl@hotmail.com


Nahro Beth-Kinne
Les Associations des Assyriens de Belgique
nahro.beth-kinne@scarlet.be

Derwich Ferho
L'Institut Kurde de Bruxelles
http://www.kurdishinstitute.be

Dogan Ozgüden
La Fondation Info-Türk
http://www.info-turk.be 


La réponse du Rectorat de l'ULB:

Bonjour Madame,  Bonjour Monsieur,

En réponse à votre courrier, vous trouverez en annexe le communiqué que l'Université Libre de Bruxelles a transmis à la presse belge concernant la conférence organisée le 15 décembre par l'UETD dans ses locaux.

Bien à vous,

Elise LENNERTZ
Assistante du Recteur,
ULB - Rectorat  C.P.  130
50 avenue F.D.Roosevelt,
B-1050  Bruxelles
Tél.  +32 2 650 23 17
Fax  +32 2 650 36 30
e-mail  : elennertz@admin.ulb.ac.be


Communiqué concernant la conférence de l’UETD

L’Université a pris une décision difficile concernant un symposium ainsi qu’une exposition qui doivent avoir lieu ce vendredi 15 décembre 2006 à la salle Dupréel.

En effet, après avoir accepté la tenue d’une conférence touchant à l’identité culturelle turque dans le cadre de la construction européenne, l’Université s’est trouvée confrontée à un changement progressif tant dans le titre que dans la liste des participants à cette manifestation. Après avoir pris conseil auprès de spécialistes de la question, nous en sommes venus à la conclusion suivante : nous avons toutes les raisons de ne pas accepter la tenue d’une telle manifestation mais nous nous sommes néanmoins résolus à ne pas l’annuler, et cela pour l’unique raison de ne pas provoquer d’incident diplomatique avec la Turquie. Nous déplorons la manière peu transparente avec laquelle cette manifestation s’est organisée en manipulant la bonne foi et l’ouverture de l’Université.

Nous tenons également à préciser ce qui suit concernant la façon dont nous entendons désormais faire respecter nos valeurs.
L’Université Libre de Bruxelles se veut ouverte au débat démocratique, quel qu’en soit le contenu. Cependant, dans le contexte de crise de la démocratie et de crise des valeurs par laquelle passe la société européenne dans son ensemble, l’ULB considère qu’il est de son devoir de se constituer en rempart contre tout discours à caractère potentiellement intégriste, et cela, tant au plan idéologique que religieux. L’ULB tient dès lors à faire savoir, et en particulier à toutes les personnes et communautés qui se sentent légitimement choquées par la tenue d’une telle manifestation en ses murs, qu’elle n’admettra plus désormais d’être prise en otage par des opposants —officiels ou masqués— à ce qui demeure ses valeurs : la laïcité politique, condition nécessaire à la pratique du libre examen. Elle estime dans ce contexte qu’il est de son devoir de ne pas confondre tolérance et relativisme culturel.


La réaction de FEAJD

...Ce symposium devrait réunir M. Mehmet Aydin, ministre turc des affaires religieuses, M. Yusuf Sarinay, directeur général des archives d'État de Turquie et M. Gilles Veinstein, « historien ». Outre ces trois personnes notoirement négationnistes, cette opération de promotion du « modèle ottoman » verra le concours de M. Tariq Ramadan, un islamologue très controversé et de M. Alain Servantie, chef d’unité de la DG Elargissement de la Commission européenne !
 
« Faire l’apologie d’un empire dictatorial et génocidaire comme modèle pour l’Union européenne est une insulte à tous les peuples qui ont été opprimés et décimés dans cet empire » a déclaré Laurent Leylekian, le directeur exécutif de la Fédération Euro-Arménienne. « A l’heure où le monde entier s’accorde à dénoncer les conférences négationnistes, il est absolument nauséabond qu’une telle manifestation de haine puisse librement se dérouler au cœur de l’Union européenne » a-t-il poursuivi.

Extrait de COMMUNIQUE DE PRESSE
FEDERATION EURO-ARMENIENNE pour la Justice et Démocratie
13 décembre 2006


Retour...

© 2010 - La Lettre de l'ADL
Accueil - Nouvelles - Tribune - Contact - Liens favoris