Retour à la page d'accueilPlan du site


  

      Lyon : la communauté arménienne bouleversée

Lyon : la communauté arménienne bouleversée   23/03/2006

Le Progrès - mercredi 22 mars 2006
Lyon : la communauté arménienne bouleversée

Les membres de la communauté ne comprennent toujours pas comment des slogans révisionnistes ont pu être, librement, lancés.

De rares photos du génocide arménien ont traversé l'histoire. Elles se dressent aujourd'hui comme un ultime rempart de vérité. Comme celle de cet enfant, famélique, chauve, aux yeux exorbités où l'on distingue une lueur animale de survie Cette même lueur observée chez les rescapés des camps de concentration nazis. Mais la pire des photos, c'est certainement celle qui montre deux petits pieds d'un nouveau-né qui s'échappent d'un morceau de chiffon, jeté sur ce petit corps en guise de linceul.

C'est pour cette petite victime anonyme, photographiée en 1915, comme pour ses milliers de frères et soeurs, exterminés par les Turcs, que la communauté arménienne souffre. Mais, c'est dans les yeux de cet autre enfant rescapé que cette même communauté puise l'énergie de combattre les négationnistes qui se sont exprimés, le 19 mars dernier à Lyon.

Ces groupes, composés de Turcs amenés à Lyon en bus, spécialement affrétés pour l'occasion, entendaient ainsi s'opposer à l'édification d'un mémorial du génocide arménien. Et, durant cette manifestation de la honte, dûment encadrée par un service d'ordre organisé, les Lyonnais ont pu découvrir, avec horreur des pancartes où l'on pouvait lire : " Non au mémorial d'un prétendu génocide " ou bien " Il n'y a jamais eu de génocide ".

Parmi les manifestants, comme en témoignent les photographies prises par nos journalistes, des dizaines d'individus ont fait le signe de ralliement des loups gris, un groupe nationaliste d'extrême-droite.

Annie a été la spectatrice impuissante de cette manifestation. " Je suis d'origine arménienne et quand j'ai vu tous ces gens, j'ai eu envie de pleurer. J'ai été blessée dans mon histoire et dans celle de ma famille. Cette négation m'était insupportable ".

A l'issue de ce rassemblement, les 80 000 membres de la communauté arménienne de Rhône-Alpes ont été comme assommés. " Tous les Arméniens de France ont, au moins, un membre de leur famille qui a été exterminé. On ne pouvait pas imaginer qu'en France, on puisse voir une chose pareille, plus de 90 ans après les faits " assure Mickaël Cazarian.

Pour Hilda Tchoboian, de la maison de la culture arménienne de Décines, " nous assistons à une campagne de désinformation mondiale. Pour nous, il s'agit d'une affaire entre la France et les Turcs. Nous avons cru revivre une terrible période ". Pour les Arméniens, la mémoire est la seule sépulture qui reste pour les milliers de morts à qui, une poignée d'extrémistes, dénie jusqu'à leur statut de victime.

Jean-Didier Derhy

Au nom de tous les leurs

Jean-Didier Derhy 

Il n'y a pas de discussions possibles ! Même pas l'ombre d'un débat. Le 18 janvier 2001, une loi française reconnaît le génocide arménien de 1915. Et les personnes contestant la réalité de ce génocide (qui a fait plus d'un million de victimes) sont des négationnistes. Inutile de tenter de justifier l'inexplicable. Ceux qui, samedi à Lyon, ont brandi des pancartes où l'on pouvait lire que le génocide arménien n'avait jamais existé sont des révisionnistes. Nier la mort de milliers d'innocents qui n'avaient commis que le seul crime d'être arménien, c'est nier leur statut de victime et c'est une façon de les tuer une nouvelle fois. Si la Turquie veut entrer dans l'Europe, elle devra, comme toutes les démocraties qui se respectent, faire le ménage dans son Histoire. Elle en sortira grandie.

http://www.leprogres.fr/infosdujour/rhone/649019.html

Manifestants turcs
Manifestants turcs

 


Retour...

© 2010 - La Lettre de l'ADL
Accueil - Nouvelles - Tribune - Contact - Liens favoris