Retour à la page d'accueilPlan du site


  

      Caricatures ou amalgame en temps réel ?

Caricatures ou amalgame en temps réel ?   21/02/2006

Caricatures ou amalgame en temps réel ?… 

par Alexandre del Valle*

Nous avons tous constaté ces dernières semaines, au travers des manifestations de masse organisées par diverses associations musulmanes dans le monde islamique et même en Europe et en France, à quel point " les Musulmans du monde entier " se sont sentis "outragés" par les caricatures publiées dans un journal  (publié en septembre 2005), pratiquement inconnu en dehors du petit Danemark, puis reprises par France Soir, Charlie Hebdo, etc, depuis. Deux observations viennent immédiatement à l’esprit de tout observateur lucide et dépassionné :

Image


- Premièrement, et même si nous ne nions pas que les caricatures peuvent effectivement avoir blessé des Musulmans pieux et sincères, RIEN, absolument RIEN ne justifie les débordements de violences, les manifestations de haine organisées un peu partout dans le Dar al Islam, les drapeaux français, danois ou israéliens brûlés, les innocents musulmans tués sauvagement lors de certaines manifestations au Pakistan, tout comme l’assimilation honteuse des Danois à la Chrétienté " croisée " et même aux " Sionistes ", ou encore les concours de dessins caricaturant la Shoah organisés en " représailles " en Iran par le nouveau pouvoir ultra-islamiste et anti-occidental de Mahmoud Ahmadinejad.

- Deuxièmement, les Islamistes et les institutions islamiques officielles à l’origine des débordements, plaintes et manifestations, notamment les Frères musulmans égyptiens et palestiniens, la très " respectable " Ligue Islamique Mondiale ou l’Organisation de la Conférence Islamique, pilotées par l’Arabie Saoudite, sans oublier la Ligue arabe, ont délivré un terrifiant contre-message en soufflant sur les braises du fanatisme, de sorte que les nouveaux censeurs islamistes apparaissent en fin de compte comme les premiers artisans de l’amalgame Islam=obscurantisme ; Nous invitons toutes les victimes occidentales récentes de " l’islamiquement correct " à méditer cette question centrale : qui caricature l’Islam ? Ceux qui dénoncent la violence coranique, chariatique et terroriste perpétrée au nom du Prophète et d’un Islam hélas jamais réformé depuis le XIème siècle ? Ceux qui caricaturent bêtement, certes, cette triste réalité de tous les jours ? Ou ceux-là mêmes qui tuent, égorgent, massacrent, interdisent, censurent et hurlent au nom du Prophète et de l’Islam ?

- Troisièmement ; on est en droit de demander aux " Indignés professionnels " précités, tout comme aux mouvements " antiracistes sélectifs " tel le MRAP en France (et bien sûr les Frères musulmans de l’UOIF ou les " modérés " de la Mosquée de Paris qui attaquent en justice Charlie Hebdo) qui voudraient rétablir la pénalisation du blasphème au nom de la lutte contre " l’islamophobie ", pourquoi on ne les a jamais vus défiler et s’indigner après l’horreur du 11 septembre , lorsque 19 terroristes musulmans se sont écrasés " au nom d’Allah " sur les tours du World Trade Center et sur le Pentagone, faisant plus de 3000 victimes innocentes, dont des centaines de Musulmans ? Certes, les plus " anti-impérialistes ", anti-américains et antisionistes d’entre eux répondront à demi-mot que les " victimes " américaines ou " sionistes " ne sont jamais totalement innocentes… Mais alors, on peut leur demander où manifestaient les Musulmans antiracistes "outragés"  lorsque d’autres musulmans ont continué de salir l’Islam - bien plus que les caricaturistes danois et en " temps réel " - en abattant sauvagement des Noirs Soudanais chrétiens, animistes et même musulmans (dans le Darfour et ailleurs au Soudan méridional ? Le seul tort de ces Noirs étaient de n’être ni Arabes ni Islamistes, ce qui " provoquait " et " indignait " la dictature militaro-islamiste du Nord Soudan. On est également en droit de demander aux indignés sélectifs où défilaient leurs coreligionnaires " humiliés " lorsque les égorgeurs professionnels du GIA algérien ont exterminé méthodiquement 150.000 musulmans, violés leurs filles et leurs femmes puis pillé leurs biens et même pulvérisé des futurs nouveau-nés dans le ventre de leurs mères ? Certains d’entre eux nous répondent de façon éhontée que les islamistes algériens n’ont " jamais tué " mais que la " Sécurité " algérienne (bref les militaires anti-islamistes d’Alger) ont perpétré des carnages pour en " accuser injustement les GIA "… Sachons tout de même que cette vulgate exonératoire est non seulement livrée dans nos médias mais enseignée dans nombre de facs françaises et européennes… Mais continuons notre énumération et notre questionnement :

Le MRAP et l’Union des Organisations Islamiques de France (UOIF) ont-ils manifesté leur indignation et leur horreur avec autant d’indignation qu’aujourd’hui face aux " caricatures " lorsque des terroristes algériens (peu importe de quelle mouvance d’ailleurs) ont égorgé comme des moutons des moines de Tibéhirine, lesquels n’étaient même pas " prosélytes " ?

Qu’ont dit les Musulmans "outragés" - qui défilent aujourd’hui même à Karachi, Bagdad, Téhéran ou à Gaza et qui pillent églises, consulats et magasins - lorsque d’autres Musulmans du Hezbollah massacrèrent, le 18 juillet 1994, près de cent innocents argentins majoritairement juifs, et avec eux le prêtre catholique du quartier?

Où étaient les musulmans "outragés" quand les Talibans afghans firent sauter les statues de Bouddha en Afghanistan, assassinèrent tant d’innocents au nom de la Charià et refusèrent même aux femmes d’être soignées, donnant ainsi de l’Islam " orthodoxe " la pire image qui soit ? Où étaient les musulmans "outragés" qui manifestent ces jours-ci lorsque deux bombes du mouvement islamiste anti-kémaliste IBDA-C explosèrent devant deux synagogues d'Istanbul, tuant plusieurs dizaines d’innocents ?

Où ont donc manifesté en masse les Musulmans " blessés " dans leur foi ou " refusant l’amalgame " (ce qui est légitime), lorsque ce même amalgame fut une fois de plus assuré par des terroristes se réclamant de l’Islam des " pieux ancêtres " (Salafistes) si fiers d’avoir fait exploser les trains de Madrid le 11 Mars  2005 au nom d’Allah, carnage qui provoqua la mort de près de 200 innocents ? Mais il est vrai que l’une des grandes nostalgies des Frères Musulmans est, avec la Palestine, la perte de l’Andalousie musulmane, l’Espagne étant considérée en guerre contre l’Islam depuis … 1492, et tant qu’elle ne sera pas " revenue " à l’Islam …

Les Musulmans " indignés " refusant à juste titre que l’on assimile leur Prophète à un terroriste n’auraient-ils pas pu réagir un peu plus nettement, comme ils le font face aux caricatures, lorsque d’autres Musulmans du Jema Islamiye ont tué 12 personnes et blessé 150 autres à l’hôtel Marriott à Jakarta en Indonésie ? , lorsque d’autres terroristes-kamikazes ont tué 28 personnes au Maroc à Casablanca, 12 autres innocents au Kenya à l' hôtel Paradis, 200 touristes dans une boîte de nuit de l' île indonésienne de Bali, ou encore des centaines de milliers de Chrétiens indonésiens assassinés sauvagement par des commandos paramilitaires au nom de la " défense de l’Indonésie musulmane ", ceci dans l’indifférence générale et en l’absence totale de déclarations officielles d’indignation des Frères musulmans, de l’OCI ou de la Ligue arabe ou de la Ligue islamique mondiale, d’habitude si " vigilantes " face à " l’islamophobie "… ???

Last but not least, le MRAP, les " indignés " de " l’islamophobie " ont-ils réagi aussi violemment qu’aujourd’hui lorsque des meurtres sacrificiels d’une barbarie inouïe furent perpétrés en direct devant caméra vidéo, notamment l’égorgement de Daniel Pearl ou du Carabinier italien Quattrocchi en Irak, mutilés comme des moutons au nom de l’Islam et au cri d’" Allah Otakar " ?

Nos vigilants nouveaux maîtres-censeurs ont-ils réagi officiellement lorsque les islamikazes égyptiens ont massacré 58 touristes et 4 Egyptiens à Louxor, finissant au couteau ceux que la mitraillette n’avait pas achevés…? Qu’ont fait, dit ou même susurré les bons Musulmans "indignés " et " blessés " par l’amalgame lorsque qu’un nouvel " amalgame en temps réel " assimilant Islam et terrorisme fut orchestré lors des attentats de Londres (7 juillet 2005), de Taba (34 morts 100 blessés) et de Charm El Sheikh, où d’autres touristes européens amoureux de l’Egypte furent déchiquetés par les bombes des Islamikazes au nom d’Allah ? Précisons que, comme cela est souvent le cas et comme ce fut le cas aussi lors des attentats islamistes de 1995-1996, des Musulmans innocents trouvèrent systématiquement la mort dans les différents attentats perpétrés au nom d’Allah, de sorte que les " bons musulmans " modérés ou intégristes auraient dû être les premiers à réagir, à dénoncer l’injustice et l’amalgame.

Concurrence intra-jihadiste sur le marché de la haine anti-occidentale ?

Comme nous l’avons vu dans un article précédent, le but réel des Islamistes et organisations islamiques " indignées ", à l’origine de l’embrasement actuel, s’inscrit dans le cadre d’une Grande stratégie de conquête et d’intimidation mise en œuvre depuis une dizaine d’années par les grands pôles du Totalitarisme islamiste (Frères Musulmans, Pakistan ; Arabie saoudite-salafisme-OCI, Iran et Islamisme turc) décidés à faire progressivement plier l’Occident et à conquérir l’Europe. Or ces différents pôles, s’ils partagent une même aversion obsessionnelle envers l’Occident et l’Europe, n’en sont pas moins concurrents entre eux et divisés. Certains spécialistes occidentaux en profitent pour déclarer doctement que cette même division au sein de l’Islam rend caduque et peu crédible une quelconque " Menace islamiste " anti-occidentale.

En vérité, loin de rendre la menace néo-totalitaire de l’Islamisme inopérante, cette division-concurrence au sein de la Oumma ne fait qu’augmenter les potentialités destructrices et galvaniser les différents pôles de l’islamo-totalitarisme à l’assaut de l’Europe : car dans le cadre d’une concurrence chiito-sunnite et arabo-iranienne pour la récupération de la cause palestinienne et islamiste anti-occidentale, puis, bien sûr, dans le contexte géostratégique général de nucléarisation de l’Iran, les cinq pôles du Totalitarisme islamiste n’ont jamais été aussi enclins à surenchérir pour décrocher le leadership islamique et le prix du meilleur opposant à l’Ordre occidental et " sioniste ". D’où l’actuelle course aux manifestations de haine envers les Juifs et les Chrétiens (Al Yahoud wa’l Salibiyoun), véritable compétition du ressentiment et de la vengeance post-coloniale qui pousse, pour leur plus grand malheur, les nations musulmanes dans mortifère leur pente néo-obscurantiste et leur régression théocratique sur fond de dictatures et de corruption généralisée des Gouvernements en place..

C’est dans ce contexte que le président chiite iranien - trop heureux des succès récents de ses protégés Chiites en Irak et au Liban et sunnites ( Hamas) en Palestine, et cherchant à montrer son pouvoir international de nuisance face aux " pressions " occidentales et à ses concurrents sunnites arabes -, n’a pas hésité à accuser une fois de plus les Juifs " sionistes " d’être les responsables occultes " véritables " des caricatures de Mahomet, lançant même un concours en Iran visant à récompenser les meilleures caricatures de la Shoah et des Juifs en " représailles " de l’offense faite à " Un milliard trois cent mille Musulmans "…

Tester les réactions de l’Europe

Plus globalement, l’affaire des caricatures doit être replacée dans le contexte global d’une accélération de l’Histoire et d’une réelle stratégie de conquête mise en œuvre par les grands pôles de l’Islamisme mondial depuis plusieurs décennies et dont les objectifs sont les suivants :

1/ Réislamiser les pays musulmans " apostats " ou " tièdes " ; si possible avec l’aide objective des " idiots utiles " occidentaux qui hébergent au nom de la " démocratie " tous les opposants islamistes poursuivis chez eux ;

2/ profiter de la présence islamique croissante en Europe pour exercer des pressions internes sur les politiques étrangères des pays d’accueil (Irak, Afghanistan, Israël, Balkans, Turquie, Tchétchénie, etc), mais aussi des pressions externes (ingérences) obligeant l’Europe et les nations occidentales en général à faciliter l’expansion de l’islamisme communautariste au nom du " droit à la différence " subverti et de l’antiracisme dévoyé (lutte contre l’" islamophobie ").

A cet égard, et dans ce contexte, on peut dire que l’affaire des caricatures est arrivée à point nommé comme une occasion de " tester " les faiblesses et les potentialités réactives de l’Europe culpabilisée. D’où les demandes d’excuses de la Ligue arabe, du Congrès du Monde musulman et de l’Organisation de la Conférence islamique exigeant des Occidentaux et des anciens colonisateurs européens qu’ils s’excusent et se rabaissent, bref, se soumettent… Là aussi, on le voit, la tentation néo-obscurantiste et munichoise visant à céder aux demandes d’excuses ne font qu’accentuer chez les Islamistes et les Etats islamiques, la vision méprisable d’une Vieille Europe atteinte d’un syndrome de Stockholm généralisé, terrorisée psychologiquement et prête à toutes les faiblesses et tous les reniements pour tenter de calmer ses futurs bourreaux islamistes : car c’est bien de la montée inéluctable de l’Islamisme dans le monde dont l’Europe inféconde et post-coloniale a peur.

 

* Alexandre del Valle, géopolitologue, est notamment l’auteur de l’essai " Le totalitarisme islamiste à l’assaut des démocraties ", et du " Dilemme turc, les Vrais enjeux de la candidature d’Ankara ", paru aux éditions des Syrtes. Co-auteur de la revue géopolitique Europe&Orient.


© 2006 - Europe & Orient


Retour...

© 2010 - La Lettre de l'ADL
Accueil - Nouvelles - Tribune - Contact - Liens favoris