Retour à la page d'accueilPlan du site


  

      Centre du Patrimoine Arménien de Valence

Centre du Patrimoine Arménien de Valence   11/06/2005

Centre du Patrimoine Arménien de Valence 

Le CPA de Valence a été inauguré le 11 juin dernier. Noubar KECHICHIAN, adjoint au Maire de Valence, chargé de 1995 à 2001 de la mise en place du CPA de Valence*, et membre du bureau de l’ADL-Ramgavar France, a bien voulu répondre aux questions de La Lettre de l'ADL.

LADL : Quels sont les objectifs de ce centre ?
N.K. : La démarche initiale de création du " musée-mémorial " est motivée par la volonté de faire connaître l'histoire du génocide arménien et de sauvegarder la mémoire de cette tragédie. La volonté des élus d'origine arménienne est aussi de doter la ville d'un outil de formation des futures générations et permettant de renforcer l'identité de cette communauté. Les Arméniens, champions de l'intégration sont aussi passés maîtres dans l'art de l'assimilation. Particularité de ce peuple que même les Turcs qualifiaient de " fidèles " ou incapacité de survivre hors d'un foyer national (un exemple parmi tant d'autres : plusieurs dizaines de milliers d'Arméniens ont été complètement assimilés en Pologne) ; Il faut constater que les Arméniens sont toujours bien acceptés dans leurs pays d'accueil, qu'ils ont une facilité particulière à se fondre jusqu'à disparaître dans leurs sociétés et qu'il semble intéressant de sauvegarder la richesse et l'originalité de cette communauté en évitant son assimilation.

LADL : Comment est née l'idée du Centre du Patrimoine Arménien ?
N.K. : Dans la logique de nos actions au sein de l'ADL-Ramgavar, avec Jean-noël GOCHGARIAN et Joseph DIMIJIAN, nous nous sommes rapprochés, dans les années 90, d'un jeune élu, Conseiller Général de la Drôme, pour lui demander de s'engager aux côtés de la communauté arménienne. Ce jeune élu était Patrick LABAUNE. Impressionné par la présence arménienne à Valence et par l'exemplarité de l'intégration de cette communauté et sensibilisé à la justesse de sa cause, il va devenir au fil des années un fervent défenseur de la cause arménienne. Il mettra à profit tous ses mandats électifs, en tant que Député et Maire de Valence pour aider la communauté arménienne, ses associations, pour jumeler Valence avec Itchévan et pour créer le Centre du patrimoine Arménien (C.P.A.). Lors de la préparation de la campagne municipale de 1995, Patrick LABAUNE a fait appel aux Ramgavars pour représenter la communauté arménienne sur sa liste électorale.
Des séances de travail de préparation de campagne naissent trois idées-forces :
- Cesser le discours politiquement correct et de flatterie sur l'intégration des Arméniens et aller vers une véritable connaissance et reconnaissance de cette communauté.
- Jumeler Valence avec une ville d'Arménie.
- Créer un " musée-mémorial ", lieu de mémoire de l'histoire de la communauté arménienne.

LADL : Une nouvelle association a vu le jour pour prendre le relais ?
N.K. : En effet, une association des " Amis du Centre du Patrimoine Arménien " a été créée afin d'accompagner les activités du CPA, participer aux animations, rassembler les mécènes, faciliter les publications et plus globalement permettre au plus grand nombre de visiter le CPA. Je souhaite terminer mon témoignage en rappelant qu'aucune collectivité n'a jamais pris une telle initiative et que la création du Centre du Patrimoine Arménien est une première pour la diaspora arménienne. Même si, par son objet et par l'ouverture vers d'autres thématiques, l'intérêt communal est prouvé, il n'en reste pas moins que ce projet est un acte d'amitié très fort envers la communauté arménienne et je souhaite ici exprimer ma plus grande reconnaissance envers M. Patrick LABAUNE qui, malgré certaines réticences et oppositions, a tenu sa parole et a donné à la diaspora arménienne un outil pour lutter contre le temps et l'oubli.
 •

* C'est actuellement le Dr Annie Romy-Koulaksezian qui est chargée de ce dossier.


Retour...

© 2010 - La Lettre de l'ADL
Accueil - Nouvelles - Tribune - Contact - Liens favoris