Retour à la page d'accueilPlan du site


  

      Le premier ministre turc menace la Belgique ...

Le premier ministre turc menace la Belgique ...   17/05/2005

Le premier ministre turc menace la Belgique et
les autres pays reconnaissant le génocide arménien



Lors du sommet du Conseil de l'Europe rassemblant des représentants des 46 Etats-membres du Conseil au château royal de Varsovie, le premier ministre turc Tayyip Erdogan a ouvertement menacé les pays dont la Belgique qui adoptent des résolutions pour la reconnaissance du génocide arménien.


Par contre, le président arménien Kocharian a, dans sont discours adressé au sommet européen, remercié à tous les pays ayant reconnu le génocide arménien et a exprimé son espoir que les autres pays contribueront à la reconnaissance sur le plan international du génocide du peuple arménien qui était une des victimes principales de la première guerre mondiale.

Les médias turcs affirmaient depuis quelques semaines que "le président arménien Kocharian rencontrera le premier ministre turc lors du sommet de Varsovie et se soumettra aux exigences de la Turquie". Ainsi, ces affirmations du lobby turc se sont avérées tout à fait infondées.

Très fâché, le premier ministre turc Erdogan a immédiatement tenu une conférence de presse au château royal pour répéter une fois de plus sa négation du génocide arménien. "Ces allégations sont totalement sans fondement. Nous avons déjà ouvert toutes nos archives. Maintenant, l'Arménie et les autres pays tiers devraient ouvrir leurs archives aux historiens, aux juristes et aux scientifiques. Puis, nous, en tant que politiciens, pouvons évaluer l'issue et prendre une décision. La Turquie ne peut pas accepter de telles allégations sans fondement."

En réponse à une question concernant le débat au Sénat belge relatif au génocide arménien, Erdogan dit: "Je ne peux pas comprendre comment un pays non concerné peut prendre une telle décision. S'ils adoptent la résolution, la Turquie lancera une nouvelle initiative par l'adoption des  résolutions semblables par notre Assemblée nationale contre les pays qui avaient commis le génocide dans le passé. Jusqu'ici quinze pays ont adopté de telles résolutions. Nous commenceront d'abord par adoptant des résolutions contre ces pays."

Déjà lors d'une conférence de presse qu'il avait tenue en Hongrie pendant sa visite officielle, le 12 mai, Erdogan avait déclaré: "Le prétendu génocide arménien n'existe pas dans les critères de Copenhague. Ce n'est pas une pré-condition pour le 3 octobre ou une question de l’UE. Quelques pays amis ou neutres ont présenté la question à leurs parlements et l'ont soumise à un vote. Personnellement je ne comprend pas à quel cadre de légalité internationale ces votes s’inscrivent. Je pourrais également faire état de prétendu génocide commis par d’autres pays à l’ ordre du jour de notre Parlement et voter de telles lois. Les 15 pays dont les Parlements ont reconnu le génocide arménien ont commis des génocides dans le passé."


************************************

http://www.info-turk.be


Retour...

© 2010 - La Lettre de l'ADL
Accueil - Nouvelles - Tribune - Contact - Liens favoris