Retour à la page d'accueilPlan du site


  

      Genève reconnaît le génocide des Arméniens

Genève reconnaît le génocide des Arméniens   19/01/2005

La Ville de Genève reconnaît le génocide des Arméniens

Genève, le 19 janvier 2005

Sur proposition du Conseil administratif, le Conseil municipal de la Ville de Genève approuve la déclaration suivante:

Génocide des Arméniens: 90 ans de mémoire vive

La Ville de Genève reconnaît le génocide des Arméniens perpétré par le pouvoir ottoman entre 1915 et 1918. Par cet acte solennel, elle rappelle le caractère imprescriptible des crimes contre l’humanité et entend contribuer à la lutte contre le négationnisme.

1. Au cours de la Première Guerre mondiale, quelque 1,5 million de femmes et d’hommes ont été déportés, violés, massacrés, parce qu’ils étaient arméniens. Le 24 avril de chaque année, les Arméniens du monde entier accomplissent leur devoir de mémoire. C’est à cette date, en 1915, qu’a eu lieu la rafle des principaux responsables de la communauté arménienne de l’Empire ottoman, prélude à l’élimination de la présence arménienne en Anatolie.

2. La reconnaissance et la commémoration du génocide des Arméniens concernent non seulement les descendants des rescapés, mais encore l’humanité dans son ensemble. Garder cette mémoire vive est le seul moyen de prévenir la reproduction de tels actes. Un silence honteux a régné trop longtemps sur cet événement qui a inspiré l’autre grande catastrophe du XXe siècle, la destruction des juifs d’Europe et des tziganes par les nazis et leurs alliés. Tous les historiens indépendants et rigoureux sont d’accord pour qualifier l’extermination des Arméniens de génocide au sens de la Convention de l’ONU du 9 décembre 1948 pour la prévention et la répression du crime de génocide. Seule la Turquie persiste à nier l’évidence et va jusqu’à criminaliser la revendication de la reconnaissance. Cette reconnaissance est donc un acte qui revient au politique, sur la base des travaux des historiens.

3. En Suisse, les cantons de Genève, en 1998 et 2001, et de Vaud, en 2003, ont reconnu le génocide, ouvrant la voie au Conseil national qui a approuvé le 16 décembre 2003 le postulat initialement proposé par M. Vaudroz quand il siégeait aux Chambres et repris au moment du vote par M. de Buman. L’ONU avait fait de même en 1985 à travers l’adoption du rapport d’une de ses commissions d’experts, suivie par le Parlement européen dans une résolution en 1987. Au cours de ces dernières années, l’Argentine, l’Arménie, la Belgique, le Canada, Chypre, les Etats-Unis d'Amérique, la France, la Grèce, l’Italie, le Liban, les Pays-Bas, la Russie, la Slovaquie, la Suède, la Suisse, l’Uruguay et l'Etat du Vatican ont fait de même.

4. Par son identité internationale et multiculturelle, Genève témoigne en faveur de la paix entre les peuples. A l’heure où la Turquie amorce un rapprochement avec l’Europe, la question arménienne, loin d’être un contentieux entre deux nations, sera dans les années qui viennent de plus en plus au centre du nouvel équilibre européen. Notre témoignage aujourd’hui signifie qu’une paix durable passe par un partage de la vérité historique.

Appel aux villes de Suisse

Depuis la reconnaissance prononcée par le Conseil national en décembre 2003, l’affirmation du génocide des Arméniens de 1915 a acquis une légitimité nouvelle en Suisse.

La Ville de Genève a décidé de reconnaître le génocide des Arméniens à l’occasion de son 90e anniversaire, le 24 avril 2005. Nous appelons les villes de Suisse à se joindre à cette déclaration solennelle et à affirmer ainsi publiquement le caractère imprescriptible des crimes contre l’humanité.

Le 24 avril 2005 restera alors comme le moment où les villes suisses ont donné un signe pour l’avenir. Un signe pour la prévention du crime de génocide au niveau international, pour la réconciliation entre Turcs et Arméniens, et pour la cicatrisation d’une blessure encore ouverte chez nombre de nos concitoyens.

 


Retour...

© 2010 - La Lettre de l'ADL
Accueil - Nouvelles - Tribune - Contact - Liens favoris