Retour à la page d'accueilPlan du site


  

      Non au referendum

Non au referendum   19/12/2004

Madame, Monsieur,
Ci-joint la lettre que j'ai fait parvenir, à titre individuel, à tous les partis politiques français.
Cordialement,
Philippe MOURADIAN (94-Alfortville)


Je suis un français d'origine arménienne, parfaitement intégré en France et républicain convaincu. Je vote à chaque élection, quel que soit l'enjeu et il n'y a pas de petits enjeux pour moi en matière d'engagement citoyen.

Le récent "débat" sur l'entrée de la Turquie et la décision des instances européennes d'accepter dans sa bergerie le loup turc a été pour moi une trahison et l'expression de mon dégoût ne se traduit pas par des mots qui puissent être écrits sur le papier. J'étais par ailleurs à Bruxelles pour manifester pour que soit mentionnée la reconnaissance du génocide arménien.

L'Europe avait l'occasion de tout mettre sur le tapis et de tirer la Turquie vers le haut, en faisant qu'elle embrasse définitivement et officiellement nos valeurs et nos principes.

Non seulement les Turcs ne cèdent rien parce que l'Europe ne lui propose rien, par peur de froisser nos futurs hôtes ou par manque de courage politique, mais en plus, la Turquie, dont un seul état pouvait contrer la candidature voit le nombre des états pouvant l'obliger à quitter l'Union passer à 8, soit un tiers des pays de l'Union (point exigée par la Turquie).

Autant dire que les jeux sont faits... et il ne s'agit plus des deux referendums dans les 15 ans (l'Autriche et la france) qui pourraient pèser dans la balance.

M. Erdogan est rentré en Turquie, acclamé par la foule et on le nomme désormais "Le Conquérant de l'Europe".

Ce n'est pas la Turquie qui changera, c'est l'Europe!

L'Europe campe sur des positions subtiles sans utiliser la force, la Turquie utilise la force avec subtilité.

Qu'on nous dise clairement ce que nous entendons par Europe.

J'étais jusqu'à présent un fervent défenseur de l'Europe, et si je devais voter sur l'adoption de la Constitution hier, j'aurai voté OUI. Aujourd’hui, mon choix est fait et il est définitif. Ce sera NON.

Et cela est en partie dû aux mensonges de M. Chirac et de ses choix allant à l'opposé des sentiments du peuple français. L'amalgame est peut-être rapide mais il ne faut pas prendre les Français que pour des vaches à lait.

Cordialement

P.M.


Retour...

© 2010 - La Lettre de l'ADL
Accueil - Nouvelles - Tribune - Contact - Liens favoris